Jacques Dutronc et le culte français du président Mao